lundi 29 août 2011

> Rebecca







Livre lu dans le cadre du défi lecture ABFA / V&S dans la catégorie "Classiques".










Résumé : Tout commence à Monte Carlo, dans les années 20-30, une modeste dame de compagnie, rencontre dans un hôtel de luxe à Monte Carlo, Maxim de Winter, veuf, séduisant, fortuné, et quelque peu mystérieux... Contre toute attente, il tombe amoureux, l'épouse et après une lune de miel de rêve, la ramène chez lui, à Manderley...

Chronique en français :

Pour commencer j'ai choisi ce livre parce que j'avais vu le film (de Hitchcock) il y a quelques années et qui est donc l'adaptation du livre de Daphne Du Maurier, et je me souviens m'être dit qu'un jour je devrai livre le livre original. J'ai trouvé ici une bonne occasion de le faire du coup j'étais assez contente à l'idée de commencer ce livre. Pourtant, en fin de compte, il s'agit ici d'un roman qu'il vaut définitivement mieux livre sans jamais avoir vu le film au préalable (comme pour beaucoup de live adaptés au cinéma en même temps...).

J'ai aussi remarqué un point qui est plus qu'étrange, le nom du personnage principal, du narrateur donc, n'est jamais donné exempté une fois lors du ball mais autrement aucun des personnages de l'histoire, que ce soit son mari ou quiconque, ne l'appel par son nom !
J'ai relativement bien aimé Rebecca bien que le narrateur a eu parfois tendance à m'agacer par son côté timide. Elle est la seconde femme de Maxim de Winter et tous les personnages du livre semblent de proche ou de loin être liés et presque obsédés par l'ex-femme de Maxim : la fameuse Rebecca. Le livre relate en fait la lente et progressive découverte du personnage principal qui dévoile peu à peu à la lumière ce qui s'est réellement passé et ce qui est arrivé à cette femme si intrigante qui, même après sa mort, semble encore si vivante dans les esprits.

En somme, il s'agit d'un roman romantique assez intéressant (mais définitivement pas mon genre de lecture habituel) saupoudré d'une touche de suspens et de mystère qui tiennent bien l'histoire.
N'ayant pas l'habitude de lire des classiques j'ai trouvé que c'était une bonne première approche de ce genre de livres bien que ça ne reste pas mes favoris.


English review :

First of all, I picked this book because I watched the movie (by Hitchcock) a few years ago and I remember telling myself that one day I should read the book and I found here a good occasion to do so. So I was really excited to actually read this book. But I think this may be one where it’s better if you haven’t seen the movie before, because a bit of the suspense is gone when you know the story already, and without the suspense, it makes it hard to keep reading at times.
There is also something that is quite strange : the name of the main character, the narrator, is never truly given. There is just one time when she is introduced for the ball that she is named Caroline but otherwise nobody ever calls her by her name.

I enjoyed Rebecca though the narrator bothered me quite a bit for being so timid and unwilling to ask questions from her husband or the household staff. She is the second wife of Mr. de Winter, and all characters in the book are in some way or another obsessed with the first Mrs. DeWinter: Rebecca, who has died tragically in a boating accident the previous year. Or so we are initially lead to believe. The book is actually the slow discovery by the narrator of what actually happened to Rebecca.

All in all, an interesting romantic story with a sprinkling of suspense and a bit of mystery to keep your interest, but not one of my favorite.

vendredi 26 août 2011

> GhostWalker T1

Livre sorti aujourd'hui le 26/08/11


4 Éme De Couverture :

Lily a mis au point une expérience conçue pour amplifier les capacités psychiques d’une unité d’élite. Mais quelque chose a mal tourné : les hommes meurent un par un, victimes d’étranges accidents. Le capitaine Ryland Miller sait qu’il est le prochain.
Désormais, il ne peut avoir confiance qu’en une seule personne : Lily. Possédant un sixième sens surnaturel, la jeune femme partage toutes les peurs du capitaine, ses soupçons et les moindres battements passionnés de son coeur… Ensemble, ils découvriront un terrible secret qu’une personne cherche à enterrer, quel que soit le prix à payer.


Mon avis : Etoile Etoile Etoile vide Etoile vide Etoile vide

Avant de commencer le livre, je savais déjà que ce ne serait pas la lecture du siècle mais le résumé avait l’air intéressant et j’avais envie d’une lecture soft et pas prise de tête. Du coup, je me suis laissée tenter.

L’histoire est assez simple mais avait l’air originale : une équipe militaire composée d’hommes ayant des pouvoirs psychiques et étant soumis à des tests pour augmenter ces pouvoirs et faire d’eux l’équipe militaire la plus soudée et efficace. Une troupe d’élite surnaturelle en quelque sorte. Malheureusement, je ressors de ce livre avec un sentiment assez mitigé. En fait, ce roman ne m’a fait ni chaud ni froid et m’a, pour ainsi dire, relativement laissée indifférente.

Les personnages sont très caractéristiques de la romance paranormale, le beau gars bodybuildé et la jeune femme pleine de répartie … on connaît, mais ça reste partie prenante de ce genre donc ce n’est pas si choquant.
J’ai apprécié la première partie du livre où Lily découvre peu à peu son passé, trouvant des informations sur les expériences, sur ces hommes aux pouvoirs surdéveloppés… Pourtant, après ça, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup trop de répétitions. La tristesse qu’éprouve Lily à cause de son père nous est expliquée et dépeinte un nombre incalculable de fois, comme si l’auteur souhaitait jouer sur nos émotions en nous ressortant encore et toujours les mêmes arguments. Ça en perd de sa crédibilité et ça devient pénible à la longue.

L’écriture est aussi l’un des points faibles de ce livre. Trop simple, on dirait que le vocabulaire de l’auteur se limite à quelques expressions et à des phrases sans aucun réel effort d’écriture.
Je lirai tout de même le tome 2 pour voir si je réussis mieux à rentrer dans cet univers et à mieux apprécier les personnages. Je l’espère.


lundi 22 août 2011

> Petit post de récap de mes lectures de l'été ^^

Etant donné que l'été touche malheureusement à sa fin (et oui hélas, fini les beaux jours et retour aux sinistres salles de classes... ^^) j'ai décidé de faire un rapide petit récapitulatif de mes lectures de l'été :)

- Le trône de fer
- Terrienne

- Radiance
- Rebecca kean
- True blood T7
- Hunger games T3
- Jusqu'au bout de la nuit
- Pouvoirs obscurs T1
- Pouvoirs obscurs T2
- Pouvoirs obscurs T3
- Zombie thérapie
- Vampire Kisses
- Département 19
- L'heure des sorcières

- Sarah Dearly T4
- Les bébés de la consigne automatique

- L'anneau monde (suivi des ingénieurs de l'anneau monde)
- Under the dome
- Vampire Academy T1
- Rebecca
- L'annulaire
- Parasites
- GhostWalker T1

Et puis il me reste quelques jours de vacances encore alors je compte en profiter un maximum ! ^^

mercredi 17 août 2011

> L'anneau monde







Livre lu dans le cadre du défi lecture ABFA / V&S dans la catégorie "Imaginaire".









Résumé : À deux cents ans, Louis Wu a conservé un corps de jeune homme et une âme d'explorateur. Aussi, quand le Marionnettiste lui propose de l'accompagner au-delà de l'Espace connu, se laisse-t-il tenter. Après avoir réuni une équipe pour le moins hétéroclite, il s'embarque pour l'Anneau-Monde, une planète située aux confins de l'hyperespace. Un monde entouré d'un mur d'un million six cent mille kilomètres de large, de quinze cent kilomètres de haut... Quelles créatures peuplent l'Anneau-Monde ? Quel accueil vont-elles réserver à ces explorateurs ?

Mon avis : Le personnage principal est Louis Wu, un des rares humains, âgé de 200 ans et a voyagé dans les galaxies à la recherche de nouveaux mondes, de nouvelles races. Aventurier dans l’âme, lorsqu’un personnage appelé le Marionnettiste lui propose de partir avec lui à la découverte d’un étrange monde en forme d’anneau, il accepte.

S’engage alors une aventure des plus étranges et des plus novatrices dans le monde de la science fiction. L’auteur nous projette dans son monde pittoresque où sont introduits des aliens, des créatures fantastiques et des mondes nouveaux et merveilleux.
Leur équipe, des plus saugrenues, part alors en direction de l’anneau monde après un nombre incalculable de longues discussions entre les personnages pour décider ou non de leur départ. En somme, on est content lorsque l’on embarque enfin dans cette aventure tant attendue.

L’intrigue est intéressante et on accompagne les personnages dans leurs découvertes. Le livre est aussi doté d’un côté scientifique qui le rend crédible et on se laisse prendre au jeu, oubliant pendant le temps que dure cette lecture, notre univers à nous si différent de celui qu’a inventé l’auteur.
Ce roman, qui dès sa sortie a renouvelé entièrement le space opera classique, est un roman très dense et que j’ai trouvé relativement difficilement abordable mais qui vaut définitivement le détour une fois le coût d’entrée payé !

« Les ingénieurs de l’anneau monde » est sur la même longueur d’onde que ce premier livre, si vous avez apprécié celui-ci, vous serez probablement heureux de pouvoir plonger plus en profondeur dans l’œuvre complète de Niven. Le seul bémol vient de certaines scènes un peu trop longues à mon goût qui ont parfois tendance à alourdir le livre.

En tout cas, un incontournable du genre qu’apprécieront tous les fans de SF !


> Les bébés de la consigne automatique








Livre lu dans le cadre du défi lecture ABFA / V&S dans la catégorie "Livre Bonus".









Résumé : Hashi et Kiku, deux bébés abandonnés dans une consigne de gare, passent leur petite enfance dans un orphelinat. La recherche de leur identité les entraînera dans les bas-fonds de Tokio, où Hashi se prostitue avant de devenir un chanteur de rock adulé tandis que Kiku, champion de saut à la perche, se retrouve en prison pour parricide.

Mon avis : C’est le premier roman de Murakamari, dont j’avais beaucoup entendu parler, que je lis et je dois dire que je suis sous le charme !

L’auteur nous conte ici l’histoire de ces deux enfants, Kiku et Hashi, tous deux ayant été abandonnés par leur mère à leur naissance dans un casier de consigne automatique. Traumatisés, ils ne se remettront jamais vraiment de ce choc et durant tout le livre, ils combattent les séquelles dévastatrices de ce traumatisme qui se répercutent sur leur comportement et leur vie.

Kiku devient champion de saut à la perche avant de s’initier très rapidement à la violence, vouant une haine profonde contre ce monde et ses occupants. Hashi, quand à lui, se prostitue avant de devenir chanteur de rock adulé. On sent alors le lien très fort décrit entre Kiku et Hashi s’évanouir peu à peu sans jamais vraiment complètement disparaître.

Cette œuvre est d’une extrême violence, tant physique que mentale, et on suit ces deux jeunes dans leur évolution, leurs choix et les différentes étapes de leur vie en passant par la prostitution, le meurtre, la pauvreté, le matérialisme, la manipulation… Un livre où se mêle habilement intelligence et folie.

Différents personnages secondaires sont aussi introduits comme Niva, Anémone, Mister D, tous plus profonds et perdus les uns que les autres.

Murakami nous livre ici un roman sombre où un Japon très noir est dépeint. Un livre dérangeant, cru (âmes sensible s’abstenir) qui m’a marqué et fait beaucoup réfléchir sur certains points de la vie.

J’ai aussi lu qu’une adaptation cinématographique devait être faite et je dois dire que je suis plutôt sceptique quand au fait de rendre un roman tel que celui-ci à l’écran. Pour moi, c’est mission impossible si l’on veut rester fidèle à ce que Murakami dépeint dans son roman : noirceur, sex, violence…

En tout cas, je n’attends qu’une chose, pouvoir revivre une expérience semblable avec un livre, j’ai d’ailleurs déjà en ma possession un autre des romans de Murakami : « Parasites » et il me tarde de pouvoir le commencer pour plonger plus en profondeur dans cette écriture noire et difficiles mais tellement transportant !

lundi 15 août 2011

> Essai de Colorisation

Hier, j'ai fais un essai de colorisation sous photoshop élément, je vous met en dessous une petite video étape par étape.
C'était, encore une fois, dans le but de faire un essai puisque c'est pas première fois que je travail sur un dessin et non sur une photo.
Dites moi ce que vous en pensez ^^


video

vendredi 12 août 2011

> Ma nouvelle addiction !

Vue en concert à Marciac pour le festival du jazz (JIM) le 31 juillet, je suis directement devenue accro à cette magnifique pianiste japonaise : Hiromi !
Son talent est certain et j'ai aussi eu la chance de la voir jouer son dernier album : "the trio project", en trio donc avec Simon Phillips et Anthony Jackson, deux immense grands musiciens (Batterie et basse).

Je vous met quelques extraits en dessous pour que vous puissiez voir :) !